Fiche Métier

                                                                  

Éva Joly, Éric Halphen, Philippe Courroye… Ces quelques noms ont rendu célèbre toute une profession. Pour toute affaire (crime, malversation…), c’est le procureur de la République qui saisit le juge d’instruction. À lui ensuite d’organiser l’enquête judiciaire pour que la vérité éclate. Pour cela, il dirige le travail des policiers et peut ordonner des expertises, des perquisitions et des enquêtes de personnalité. Il rassemble tous les éléments de l’affaire, qu’ils soient à charge ou à décharge.

 
Il reçoit les témoins comme les principaux suspects pour les interroger. Lorsque son travail est terminé, il prend une décision : il prononce une ordonnance de non-lieu ou, au contraire, renvoie la personne mise en examen devant le tribunal, pour y être jugée. 
 
Ce magistrat ne juge pas, mais ses décisions auront des conséquences sur la suite de l’affaire. En 2009, la réforme de la procédure pénale prévoyait de remplacer le juge d’instruction par un JEL (juge de l’enquête et des libertés). Ce changement, qui a fait polémique, reste pour le moment en suspend.
 
Ses compétences : coordonner, diriger, décider.
 
Sa formation : une première année de master en droit (master 1) ou un diplôme d’IEP (institut d’études politiques) pour pouvoir se présenter au concours de l’ENM (École nationale de la magistrature), voir la fiche “Juge aux affaires familiales”.
 
-> Source : www.letudiant.fr